Rencontre avec Sylvain Destrieux

Après un rapide historique sur son parcours et une mise en contexte sur la grande diversité des exploitations à Bordeaux, il a expliqué pourquoi et comment il a basculé sur les principes de l’Agriculture Biologique et Biodynamique : mené sa vigne et son chai sans y ajouter des produits toxiques à forte dose tout en mettant en avant le principe que c’est un sol vivant qui doit nourrir sa vigne. Sylvain nous a montré des photos de ses clos où il a apporté de la biodiversité avec :

1/ un mix d’engrais vert dans les inter rang pour avoir à moindre cout un taux d’azote élevé dans les sols, une protection naturelles contre les aléas climatiques, un vivier de biodiversité dans le sol. 2/ de l’agroforesterie autour de ses clos, en plantant autour des vignes plus de 24 espèces d’arbres différents. En 6 mois, la flavescence dorée avait disparue, les oiseaux et les insectes étaient revenus dans la vigne, le vent sera mieux canalisé. 3/ Préparation des différentes adjuvants de la Biodynamie P500, 501. Il nous a expliqué que la 501 avait eu des effets quasi immédiat sur la santé de sa vigne, et sur la qualité, la souplesse de ses feuilles. 4/ travail sur du remplacement des pieds malades par bouturage et sélection massale. 5/ travail sur des cépages autochtones pour participer à la conservation du patrimoine local, mais aussi pour élargir leur gamme.

Nous avons ensuite pu faire une dégustation pédagogique par comparaison de différents vins sur fût :

  • Merlot avec 20mg de sulfite vs Merlot sans sulfite ajouté
  • Cabernet Franc vs Cabernet Sauvignon
  • Malbec parcellaire 2016 vs Malbec parcellaire 2018
  • Sauvignon blanc parcellaire 2018 sans sulfite ajouté
  • Pétillant Naturel méthode ancestral 2016.

Cette rencontre a été riche en tous points. Il a été bon pour la promotion de se rendre compte que le Bordelais était bien plus divers qu’on le dit, de se rendre compte des difficultés des vignerons au quotidien, comment un vigneron pouvait monter une gamme et que l’ AB était loin d’être naturelle comme on pourrait le croire dans nos villes.

(Simon, étudiant Conseiller Commercial Vins & Spiritueux)